Toujours loquaces!

Toujours loquaces!

Ce fut un peu trop discret, mais tout de même un événement dans l’univers de la chanson québécoise. Alors qu’on pouvait croire à la mort du trio de rap engagé, Loco Locass est ressuscité! Momentanément. Quand même, cela réjouira les admirateurs du groupe et permettra peut-être, espérerons-le, de rejoindre de nouveaux adeptes.

Ce retour inattendu est arrivé en août dernier, le temps de la sortie d’une nouvelle chanson maintenant disponible sur la plupart des plateformes. La pièce s’intitule « Le clan » et montre que les Loco, tout en restant fidèles à leur style, arrivent à se renouveler et à explorer de nouveaux territoires. Ceux de l’Acadie, en l’occurrence.

Explorer les frontières

Il a pu être surprenant d’entendre ces défenseurs de la langue française passer au chiac dans le refrain de leur nouvel opus lancé la veille de la fête nationale des Acadiens (15 août). C’est bien pour saluer le peuple acadien et illustrer le français dans sa diversité que les Loco ont planifié cette sortie et utilisé le parler populaire acadien, également un des thèmes de la chanson.

Le chiac, comme le joual au Québec, ne manque pas de relief et de musicalité! Avec de nombreux emprunts à l’anglais tout en conservant la syntaxe française, ce parler singulier représente à la fois l’inventivité langagière des Acadiens, leur persistance et le danger d’assimilation linguistique.

En entrevue dans les médias, les gars de Loco Locass ont exprimé leur désir de chanter à la fête nationale des Acadiens. Ce ne fut pas le cas cette année, mais voilà une proposition que nos frères et sœurs Acadiens et Acadiennes devraient retenir. Imaginez! À moins que le groupe décide de cesser ses activités définitivement…

Ressusciter encore

Ce n’est pas la première fois que Sébastien Fréchette (Biz), Sébastien Ricard (Batlam) et Mathieu Farhoud-Dionne (Chafiik) font revivre Loco Locass après une longue éclipse. Après un succès fulgurant au début des années 2000, qui culminera avec l’album Amour oral (2004) et l’immense popularité de « Libérez-nous des libéraux! », il faudra attendre jusqu’en 2012 (!) pour la parution de l’album Le Québec est mort, vive le Québec et une tournée. Depuis 2015? Rien, ou presque. On pouvait croire à la fin du célèbre trio de rappeurs. Quelle belle surprise, donc, de constater que les Loco sont toujours loquaces!

Au-delà de cette nouvelle chanson qui célèbre la fraternité entre le Québec et l’Acadie, c’est toute l’œuvre des Loco qu’il faut redécouvrir. Avec une poésie engagée et actuelle, des textes et des musiques travaillées avec la précision d’un horloger, des interprétations senties… Ces gars-là ont créé une œuvre unique. Magnifique. Et qui n’a pas pris une ride. Une ode au combat pour la survie des francophones d’Amérique, un superbe cri de liberté, un grand élan d’amour pour les petits, les résistants, les exclus. S’ils n’existaient pas, il faudrait les inventer.

Il est bon d’entendre des artistes chanter qu’une autre société est possible. Les gars, ne cessez pas de porter cette parole, du Québec à l’Acadie, partout et tout le temps!

House of leaves: le roman-labyrinthe

House of leaves: le roman-labyrinthe

De la chanson naïve au cantouque (1/2)

De la chanson naïve au cantouque (1/2)