Abdiquer ou résister?

Abdiquer ou résister?

«L’étape suivante était d’observer la brutalité des mécanismes et des échanges qui régissent notre monde en confrontant l’humanité d’un individu en situation de précarité à la violence de notre société.» Stéphane Brizé

            Sixième film du réalisateur français Stéphane Brizé, La Loi du marché est l’exemple parfait du drame social, c’est-à-dire un film où l’émotion et l’analyse critique d’une société se marient et se complètent parfaitement.  

            Thierry (Vincent Lindon), père de famille dans la cinquantaine et au chômage depuis quinze mois, cherche activement un emploi. Après avoir participé à différents stages et ateliers, et à quelques entrevues infructueuses, il accepte un poste de vigile dans un magasin à grande surface et, puisque la direction veut faire des coupures, il se voit alors chargé de surveiller les autres employés...

             À travers ce personnage, La Loi du marché nous montre toutes les petites humiliations que la recherche d’emploi génère aujourd’hui (stages inutiles parce que quotas à atteindre, pression des banques, règne de l’image, etc.) La scène de la simulation d’entrevue, dans un atelier de groupe, est percutante en ce sens. Tout le monde a son commentaire sur l’image du candidat et tout le monde oublie qu’il devrait d’abord être question des compétences. Toujours digne à travers les humiliations, Thierry s’accroche et prend des notes. Le spectateur, lui, se dit qu’il va finir par craquer.

          Cette histoire, extrêmement touchante et contemporaine, est racontée dans un naturalisme magnifié par le jeu de Vincent Lindon (gagnant du prix d’interprétation au Festival de Cannes). En effet, l’acteur, par son jeu d’un naturel stupéfiant, permet au personnage non seulement d’exister, mais surtout d’émouvoir profondément. Stéphane Brizé a réalisé une histoire qui aurait pu sombrer dans le registre du mélodrame, mais évite, grâce à toute la finesse qu’on lui connait, de tomber dans ce piège. Il démontre, finalement, qu’il sait parler de nous.

Portrait d'une société carburant aux «likes»

Portrait d'une société carburant aux «likes»

La femme qui fuit d'Anaïs Barbeau-Lavalette

La femme qui fuit d'Anaïs Barbeau-Lavalette