L'intelligence artificielle : l'apocalypse à venir

L'intelligence artificielle : l'apocalypse à venir

L’apocalypse, cet évènement sombre synonyme de destruction et de fin du monde, est présente dans les croyances humaines depuis les premières civilisations de Mésopotamie. Alors qu’à l’époque, ce terme était étroitement lié à la religion, il est maintenant davantage associé au progrès technologique dans les sociétés contemporaines qui se laïcisent de plus en plus. Selon certains membres de la communauté scientifique, la fin du monde ne sera pas causée par la colère divine, mais par une création de l’homme : l’intelligence artificielle. Sauveur de l’humanité pour certains et boîte de pandore pour d’autres, cette invention est d’abord à l’origine d’un mythe moderne alimenté par les scientifiques et les philosophes, puis elle a des impacts sur notre société, dont un scénario de l’apocalypse et une conception du monde et finalement, ce mythe est au cœur de différentes productions culturelles dont le film la Matrice.

Le mythe

Pour bien comprendre le mythe qui lui est associé, il faut en premier lieu définir ce qu’est l’intelligence artificielle. Contrairement à la croyance populaire, elle ne correspond pas à la capacité de raisonner comme l’intelligence humaine, mais à la capacité d’une machine de décoder des signaux et d’en produire pour interagir avec certaines composantes qui l’entourent. En fait, l’intelligence artificielle est présente tout autour de nous à différents niveaux de développement : dans les robots qui travaillent sur les chaînes de montage, dans nos appareils électroniques, dans les prothèses pour handicapés, etc.

[Crédit photo : iatranshumanisme]

[Crédit photo : iatranshumanisme]

Toutefois, ce ne sont pas ces formes d’intelligence artificielle existantes qui effraient le plus la population, mais plutôt celle qui pourrait se développer dans un avenir rapproché et qui parviendrait à surpasser l’intelligence humaine et à prendre le contrôle de la planète dans son propre intérêt. Ce mythe véhiculé massivement dans les films de science-fiction ne tient pas compte de certains faits et paramètres du monde dans lequel nous vivons. D’une part, bien que l’intelligence artificielle soit capable de résoudre des calculs complexes beaucoup plus rapidement qu’un humain, le superordinateur qu’elle utilise pour y parvenir ne sera jamais aussi efficace que la biologie humaine. Comme l’a affirmé Ronald Luijten, architecte de données pour la multinationale IBM : « Le cerveau reste une machine inégalée. Aucun système artificiel n’est capable de réaliser autant d’opérations dans un volume aussi petit avec une consommation d’énergie aussi faible.[1] » D’autre part, il manque une capacité essentielle à la machine pour être capable d’analyser adéquatement le monde qui l’entoure que seuls les êtres vivants possèdent, les cinq sens. En effet, « la perception (ouïe, toucher...) est fondamentale. C’est le corps qui relie le logiciel au monde réel et nous donne une vision unifiée de notre environnement. Sans cela, il reste un hyper­programme de traitement d’informations.[2]» Grâce à des algorithmes, la machine peut résoudre en quelques secondes des calculs d’une grande complexité, analyser des centaines de données, émettre et prouver des théories, mais en l’absence de sens qui lui permettra de pleinement évaluer l’environnement dans lequel  elle se trouve, aussi puissante soit-elle, elle ne pourra dépasser l’intelligence humaine.

Le rôle de la communauté scientifique

Si le mythe semble pouvoir être déconstruit, alors pourquoi persiste-t-il dans l’imagination collective? Probablement à cause de grands scientifiques qui, grâce à leur calcul théorique, émettent des hypothèses concernant le développement de l’intelligence artificielle. Parmi eux, l’astrophysicien Stephen Hawkins, appuyé de sa notoriété, a entre autres fait des entrevues dans lesquelles il dévoilait ses inquiétudes concernant la possibilité que l’intelligence artificielle amènerait l’humanité à sa perte. Autre exemple notoire, celui des chercheurs de l’université d’Oxford qui ont publié un document présentant des scénarios d’apocalypse possibles. On retrouve en tête de la liste, devançant même le réchauffement climatique extrême, la possibilité que l’intelligence artificielle prenne le contrôle du monde. Bref, le mythe selon lequel l’intelligence artificielle serait à l’origine de la fin du monde n’est pas seulement fondé sur les peurs de la population, mais également sur les extrapolations de la communauté scientifique qui tente d’évaluer et de prévenir la menace.

Le transhumanisme

Le transhumanisme est un mouvement de pensée qui prône l’utilisation de la science pour sauver l’être humain de la maladie, des handicaps et de la mort.

[credit photo: The partially examined life]

[credit photo: The partially examined life]

En effet, les transhumanistes estiment que l’être humain cyborg amélioré par la technologie représente l’avenir. L’un des philosophes ayant adhéré à ce courant de pensée, Nick Bostrom, a émis une théorie qui contribue à la propagation du mythe dans la société, celle des esprits simulés. Selon lui, les ordinateurs contemporains seraient déjà capables de simuler des univers complets, univers peuplé de millions d’individus, ou plutôt d’esprits simulés, qui évidemment croiraient être de véritables êtres vivants, habitant dans le monde réel, et non, dans un logiciel. Lorsque quelqu’un confronte sa théorie, Bostrom y va avec son argument : « qu'est-ce qui peut nous prouver que nous n'appartenons pas déjà à un de ces mondes simulés ? Rien [3]». En un sens, il a raison, puisque rien ne prouve pour l’instant qu’il a tort, toutefois, rien ne prouve non plus qu’il ait raison hors de tout doute.

Une idée de l’apocalypse

Comme mentionné plus tôt, l’intelligence artificielle prenant le contrôle en surpassant ses créateurs, les hommes, est un scénario apocalyptique qui a fait sa place dans la mentalité de la population. Cette idée a suscité la peur chez un bon nombre de gens et peut probablement expliquer pourquoi son développement a été interrompu à maintes reprises dans le passé alors que l’on cessait d’investir dans le domaine. Aujourd’hui, alors que la recherche sur l'intelligence artificielle est en plein essor, certaines personnes, dont des scientifiques, doutent encore que les bénéfices qu’elle apporte à la société surpassent les risques qui lui sont rattachés.

 Une conception du monde

Le mythe de l’intelligence artificielle est un élément central de la conception du monde de certaines personnes, dont celles qui adhèrent à la théorie des esprits simulés proférée par Bostrom. Selon eux, le monde qui nous entoure, incluant nous-mêmes, ne serait en fait qu’une série de codes sur le disque dur d’un ordinateur. Le mythe a donc un impact sur leur façon d’interpréter les phénomènes qui se produisent et le monde qui nous entoure.

L’intelligence artificielle et l’industrie cinématographique

Souvent au cœur des récits de science-fiction, le mythe de l’intelligence artificielle est présent autant dans la littérature que sur le grand écran. La trilogie cinématographique intitulée la Matrice, réalisée par les Wachowski, en est un exemple. En effet, cette œuvre culturelle met en scène le scénario apocalyptique où l’intelligence artificielle prend le contrôle du monde. Dans le film, les humains sont en quelque sorte les prisonniers des robots puisqu’ils leur servent de source d’énergie. Pendant toute leur vie, les cerveaux des humains sont connectés à un superordinateur de sorte qu’ils vivent dans un logiciel nommé « la Matrice », ce qui est en lien avec l’hypothèse des esprits simulés du philosophe transhumaniste Nick Bostrom. Cette production culturelle contribue ainsi à renforcer le mythe en expliquant certains phénomènes qui nous entourent par des effets du programme informatique.

[Crédit photo : mauvais-genre.com]

[Crédit photo : mauvais-genre.com]

Par exemple, les « déjà vu » sont expliqués par le fait que le logiciel se réinitialise à l’occasion. Le film vient alors offrir une explication logique à un phénomène observable en fonction de la conception du monde qu’il présente. La série de films vient également expliquer la condition humaine et ses inégalités sociales en jetant le blâme sur l’intelligence artificielle. En effet, comme tous les humains sous son emprise vivent dans un monde virtuel qu’elle contrôle, elle aurait bien pu tous leur donner une vie de luxes et de conforts. Néanmoins, elle a tout de même placé certains dans des conditions de misère et de pauvreté. Ce fait montre d’une part que l’intelligence artificielle n’a pas les intérêts des humains en priorité et explique d’autre part pourquoi ce ne sont pas tous les humains qui sont égaux financièrement. Un autre élément présent dans l’œuvre est la personnification de virus informatique, comme l’agent Smith, qui persécute les humains. Bien que ces derniers ne soient pas réels, ils ont l’air de véritablement exister. Cette personnification vient renforcer le fait qu’en plus d’être mauvaise pour la condition humaine, l’intelligence artificielle pourrait créer encore plus de malheurs pour les vivants. Bref, la trilogie, La Matrice, met l’accent sur les conséquences néfastes que l’intelligence artificielle pourrait avoir sur les humains et contribue à l’effet de peur que le mythe a sur la population.

En bref…

Pour conclure, le mythe de l’intelligence artificielle qui prédit la fin de l’humanité est répandu dans notre imaginaire collectif entre autres à cause des extrapolations de la communauté scientifique concernant les capacités de l’intelligence artificielle et du mouvement de pensée transhumaniste. Ce mythe possède plusieurs impacts sur la mentalité de la population en lui fournissant un scénario possible de l’apocalypse et une conception du monde selon laquelle nous serions des esprits simulés dans un logiciel. Ce mythe est d’ailleurs renforcé dans la trilogie cinématographique la Matrice. Pour certaines raisons énumérées précédemment, l’intelligence artificielle ne pourrait théoriquement pas surpasser le cerveau humain qui demeure jusqu’à ce jour plus puissant que la machine. Néanmoins, la possibilité d’une éventuelle fin du monde tel que nous le connaissons n’est pas pour autant écartée. Avec la multiplication de phénomènes météorologiques et de catastrophes naturelles de plus en plus inquiétants, l’accélération de la fonte des glaciers et les changements climatiques, l’urgence d’agir pour protéger notre environnement avant qu’il ne soit trop tard se présente comme une évidence. L’avènement de l’intelligence artificielle est encore basé sur des spéculations, tandis que celui du réchauffement climatique extrême est appuyé de faits mesurables en ce moment même.

[1] LOUBIÈRE, Paul. « Ce que va changer la révolution de l'intelligence artificielle », Challenges, (22 octobre 2017)

[2] LECLERC, Floriane. « L’intelligence artificielle : la science rongée par le mythe», dans science critique, 8 avril 2015, https://sciences-critiques.fr/intelligence-artificielle-la-science-rongee-par-le-mythe/ (Page consultée le 5 décembre 2017

[3] « Nick Bostrom», dans Wikipédia, 23 octobre 2017, https://fr.wikipedia.org/wiki/Nick_Bostrom (Page consultée le 5 décembre 2017)

Le paradis pour la modique somme d'un bras

Le paradis pour la modique somme d'un bras

Le mythe(dé)voilé

Le mythe(dé)voilé